search-form-close
Aéroport d’Alger : le PDG annonce de nouveaux services

Aéroport d’Alger : le PDG annonce de nouveaux services

Depuis sa nomination à la tête de l’aéroport d’Alger, Mokhtar Saïd Mediouni multiplie les annonces médiatiques sur les projets qu’il compte mettre en place pour répondre aux attentes des voyageurs.

Lors de son passage au Forum El Moudjahid, dimanche 30 juin, Mokhtar Saïd Mediouni, PDG de la SGSIA, entreprise chargée de la gestion de l’aéroport d’Alger, livre son bilan après trois mois de sa nomination, tout en dévoilant ses futurs projets.

« J’ai trouvé l’aéroport dans un état lamentable », a affirmé Mokhtar Saïd Mediouni dans une critique acerbe à son prédécesseur. Il a rappelé avoir relancé certains services et créé des nouveaux, tout en se penchant sur divers problèmes et manquements qui étaient régulièrement dénoncés par les usagers du plus grand aéroport d’Algérie.

Aéroport d’Alger : les prix du café et de l’eau en baisse

Le nouveau PDG de l’aéroport d’Alger s’est félicité notamment d’avoir pu faire baisser le prix du café et de l’eau dans les boutiques et les cafétérias de l’aérogare. Selon lui, on peut désormais s’offrir un café à seulement 150 dinars et une bouteille d’eau à 100 dinars.

« Les prix du café et de l’eau étaient exorbitants et aujourd’hui tout le monde peut témoigner que c’est abordable », a indiqué le PDG de l’aéroport d’Alger. Dans la foulée, il a annoncé l’installation prochaine au niveau des parkings de distributeurs automatiques de boissons avec « des prix encore plus bas ».

Aéroport d’Alger : qu’en est-il du problème des parkings ?

Le PDG de l’aéroport d’Alger s’est également penché sur le problème des parkings. Selon lui, il s’agit d’un défi auquel il n’est pas facile de faire face à cause de certaines habitudes qui font que chaque voyageur algérien est souvent accompagné par plusieurs voitures, notamment en période de Hajj.

Il a avoué que la congestion des parkings de l’aéroport peut créer des files d’attente qui arrivent parfois « jusqu’à l’autoroute », et ce, en raison des « moyens de gestion des automobilistes qui commencent à devenir obsolètes ».

Les sanitaires de l’aéroport d’Alger : pourquoi le problème persiste ?

De nombreux usagers de l’aéroport d’Alger dénoncent l’état des sanitaires et l’inefficacité du service de maintenance. En réponse, Mediouni a jugé compliqué de maintenir ce service en l’état, car la quincaillerie a été importée. « Elle n’existe pas », a-t-il dit, laissant entendre que l’aéroport d’Alger est victime des restrictions à l’importation décidées par le gouvernement.

La stratégie qui a été adoptée est de remplacer le matériel étranger, peu à peu, par des produits locaux, afin de faciliter le processus de maintenance.

Une politique qui ne concerne pas que les toilettes d’ailleurs, fait savoir le PDG qui dévoile par exemple que la production des chariots a été confiée à l’entreprise Ferrovial d’Annaba, alors que le chariot importé « revenait à 300 € » l’unité.

Retard et traitement de bagages

Un des problèmes les plus déplorés par les voyageurs à l’aéroport d’Alger est lié aux retards du traitement des bagages. Le PDG de l’aéroport d’Alger assure pourtant que son infrastructure « n’a aucune responsabilité sur le retard des bagages ».

Il explique que « l’aéroport fournit des tapis et des scanners et que c’est aux autres services à faire le travail », ce qui n’empêche toutefois pas d’envoyer des employés de l’aéroport pour accélérer les choses.

L’aéroport d’Alger : cap sur la numérisation et l’IA

Le nouveau PDG de l’aéroport d’Alger semble accorder une importance capitale à la numérisation de ses services. Outre les bornes d’enregistrement automatiques, les tableaux d’affichage et de renseignement interactifs, M. Mediouni veut aussi miser sur l’intelligence artificielle et les services en ligne.

Aéroport d’Alger : de nombreuses nouveautés

L’aéroport d’Alger s’est doté dernièrement de plusieurs nouveautés. Le PDG évoque notamment l’exploitation de trottinettes par le personnel de l’aéroport pour booster leur productivité, mais aussi l’installation d’un piano dans le hall, d’une salle de gaming, et de transats dans le terminal.

Ceci dit, ce n’est que le début, indique le PDG qui est en poste depuis seulement trois mois. En effet, il indique qu’il compte ajouter un « grand aquarium », mais aussi l’ouverture de douches, l’installation d’une bibliothèque, d’une station de lavage auto et de bornes de recharge pour les voitures électriques.

Panneaux en verre

M. Medouni a annoncé aussi le lancement d’une consultation pour trouver des fabricants algériens de verre pour la maintenance des panneaux en verre qui couvrent une grande partie de l’aérogare d’Alger.

Il a expliqué que les panneaux installés ont été importés et qu’aucune entreprise algérienne n’a été consultée pour les fournir. Conséquence : l’aéroport dépend des importations pour remplacer les panneaux défectueux, ce qui est anormal, selon lui.

« J’ai assisté à une vitre qui s’est cassée toute seule. Ces vitres sont importées en dollar, alors qu’il y a deux Algériens qui les fabriquent en Algérie », a-t-il dit, en soulignant que le système de climatisation de deux terminaux est obsolète.

SUR LE MÊME SUJET :

Voyage : l’aéroport d’Alger déploie son « plan spécial » pour l’été

  • Les derniers articles

close